Energie et climat : le bulletin de notes de Marine Le Pen

Energie et climat : le bulletin de note du programme de Marine Le Pen



Ce bulletin évalue le sérieux des objectifs proposés (exhaustivité, cohérence, faisabilité technique...) et leur crédibilité au regard des moyens envisagés pour les atteindre. Les notes ne reflètent donc pas une opinion politique : deux proposition contraires peuvent obtenir une bonne note si elles sont réalistes, suffisamment détaillées et cohérentes avec les autres positions du candidat.

> Lire aussi : Marine Le Pen vs. Emmanuel Macron : Comparaison des programmes énergie et climat


 

Énergie renouvelables 

  • Marine Le Pen veut "développer massivement les filières françaises des énergies renouvelables"
  • Mais dans le même temps elle veut l’arrêt immédiat de la construction d'éoliennes terrestres ou maritimes, alors qu'il s'agit d'une des filières renouvelable les moins chères et les plus matures.
Note : 8/20
Appréciation : Éolien nulle part, ou nulle en éolien ? That is the question...

Nucléaire

  • Marine Le Pen, qui jugeait le nucléaire dangereux en 2012, veut désormais prolonger de "20 ans, peut-être 30" les centrales françaises. En particulier, elle veut maintenir en service la centrale de Fessenheim. Cela lui permet d'ignorer en grande partie le sujet et de laisser à ses successeurs la question de la fin de vie du parc nucléaire français.
  • Elle veut mettre fin au projet de stockage géologique des déchets radioactifs à Bure et affirme que "chaque région doit prendre sa part" des déchets nucléaires. 
Note : 9/20
Appréciation : Toujours à la recherche de solutions de facilité.

Fossiles

  • Marine Le Pen veut maintenir l'interdiction d'exploiter les hydrocarbures non-conventionnels en vigueur en France depuis la loi Jacob de 2011.
  • Elle veut développer la filière hydrogène, sans plus de détail on peut supposer qu'il s'agit de remplacer une partie du carburant importé. Rappelons que l'hydrogène n'est qu'un vecteur : il faut une énergie abondante pour le produire.
  • Contrairement aux quatre principaux candidats, Marine Le Pen ne se prononce pas pour la fermeture des dernières centrales à charbon françaises
Note : 11/20
Appréciation : Juste passable

 Sobriété et efficacité

  • Marine Le Pen veut une baisse immédiate de 5% du prix du gaz et de l'électricité. Cette mesure ferait mécaniquement augmenter la consommation.
  • Elle veut "faire de l’isolation de l’habitat une priorité budgétaire du quinquennat" sans préciser d'objectif ou de montant.
Note : 8/20
Appréciation : Médiocre

Climat

  • La lutte contre le changement climatique n'apparait nulle part dans le programme de Marine Le Pen.
  • Elle a voté, avec le groupe parlementaire dont elle est co-présidente au Parlement Européen, contre la ratification de l'Accord de Paris. 
Note :0/20
Appréciation : Si c'est pour dire des bêtises, vous avez raison de vous taire.

Économie et fiscalité

  • La baisse des prix de l'électricité et du gaz proposée par Marine Le Pen est incompatible avec les investissements qu'elle prévoit par ailleurs notamment dans le nucléaire.
  • Elle est contre l'alignement de la fiscalité du diesel sur celle de l'essence 
Note :7/20
Appréciation : Aucun travail sérieux

Publié le 19 avril 2017 par Thibault Laconde


Vous avez aimé cet article ? N'en ratez aucun en vous inscrivant à la newsletter mensuelle.


4 commentaires :

  1. A la lumière des notes pour les autres candidats, votre appréciation sur la partie nucléaire ici se comprend mieux.
    Dans l'état actuel des choses, prolonger les centrales nucléaires est peut-être une solution de facilité, mais quand on creuse le dossier il est difficile de trouver une solution beaucoup plus convaincante aujourd'hui. Malgré presque 92 GW d'éolien et de solaire, l'Allemagne a beaucoup de mal à fermer quoi que ce soit de son parc de capacité pilotable. Donc en France, augmenter beaucoup le solaire et l'éolien permettrait certes d'augmenter nettement leur part dans le mix, mais laisserait tout autant de difficultés pour fermer définitivement, ou de compenser l'arrêt définitif dû au vieillissement, de centrales. A moins de construire le renouvelable et en plus construire les capacités thermiques pour garder les marges nécessaire de capacité disponible. Ce qui correspondrait après beaucoup de dépenses à une augmentation nette des émissions carbone. Une bonne solution serait d'augmenter les renouvelables en ayant la quantité nécessaire de stockage pour éviter ce problème. Seulement le stockage n'est pas prêt aujourd'hui, et ne le sera pas au cours des 10 prochaines années.

    Sur Bure, là pas de question, mettre fin au projet sans avoir de solution alternative précise ou réaliste est de la pure facilité, mais étrangement, on retrouve quasiment la même vision du coté écologiste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au-delà du rejet de Bure, j'ai surtout sanctionné l'idée complètement hallucinante de répartir les déchets radioactifs entre les différentes régions. Ce propos (tenu dans un média local de l'est de la France) est totalement clientéliste.
      La déclaration sur le relèvement de l'ARENH est venue après la publication mais le confirme encore une fois : Marine Le Pen n'a pas de vision pour l'énergie, elle cherche simplement à faire plaisir aux gens avec lesquels elle parle quitte à contredire ses déclarations précédentes.

      Supprimer
  2. Mouais, vos évaluations à peine orientées idéologiquement ! Sur l'ensemble des notes de l'ensemble des candidats, il y aurait tant à redire.

    Pour Le Pen le nucléaire une facilité. Oui peut-être c'est vrai. Mais vos panneaux solaires et les éoliennes vous les produisez avec quelle énergie ? Le nucléaire est utile pour réduire les coûts de production des installations solaires et éoliennes, donc oui il faut utiliser cette facilité le temps de mettre en place toutes les autres installations de transition, bref se servir du nucléaire comme un TURBO !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème ce n'est pas le nucléaire, j'ai d'ailleurs mis une bien meilleure note à François Fillon qui proposait aussi de continuer dans cette voie. Le problème c'est l'absence de consistance et de sérieux de Marine Le Pen : un revirement inexpliqué, le grand n'importe quoi de la répartition des déchets radioactifs sur le territoire, la promesse simultanée de baisser le prix de l'électricité et d'augmenter l'ARENH...

      Concernant l'idée que l'on puisse utiliser le nucléaire comme tremplin vers la transition énergétique, je ne vois cette idée nulle part dans le programme du Front National. Et même si c'était le cas, elle ne résiste pas une seconde à la réalité : comment financer le développement de nouvelles énergies alors que le maintien en service du parc actuel nécessite à peu près 100 milliards d'euros d'investissement et qu'EDF est déjà endetté à hauteur de 34 milliards d'euros ?
      Cet argent (ça fait à peu près 2000€ par français) devra bien sortir de quelque part... penser que l'électricité nucléaire sera bon marché dans les années qui viennent c'est se raconter des histoire.

      Supprimer